Peut-on cultiver le coton en France ?

On pourrait penser que la culture du coton dans un pays comme la France représente un véritable défi. C’est en partie vrai, dans la mesure où les graines de coton n’atteignent leur taux optimal de germination que si la température du sol dépasse les 15°C. Le défi est en réalité un peu plus compliqué, car la température de l’air doit osciller entre 21 et 37°C pour que la récolte soit satisfaisante. Alors, peut-on cultiver du coton en France ?

Le coton et ses exigences météorologiques

Le cotonnier exige des caractéristiques météorologiques très particulières :

  • Une température du sol constamment supérieure à 15°C ;
  • Une température de l’air comprise entre 21 et 37°C ;
  • Toute averse importante pendant la maturation estivale serait susceptible de ruiner la récolte ;
  • Toute pluie torrentielle au début de l’automne est susceptible de ruiner la récole ;
  • Le cotonnier peut survivre à 43°C (ponctuellement), mais si l’hygrométrie (taux d’humidité) dépasse les 60%, la récolte subira des dommages plus ou moins important en fonction de la durée de la canicule.

Au vu de ces exigences, on comprend aisément la fluctuation du prix de la matière première « coton » sur les marchés mondiaux.

Cultiver du coton en France : l’expérience du Gers

« On a longtemps pensé qu’il était impossible de faire du coton en France ». Cette citation vient de Céline Chollet, responsable des achats pour la marche Le Slip Français. Ce sont trois entrepreneurs-agriculteurs basés dans le Gers qui ont prouvé le contraire. Ils se sont lancés dans la production du coton sur une parcelle de 4 hectares, histoire de diversifier leurs cultures. L’idée de base était de surfer sur la tendance du Made in France en ciblant les industriels du textile. Ces derniers ne pouvaient se targuer d’afficher un label Made in France dans la mesure où le coton était systématiquement importé. « On nous a pris pour des apprentis sorciers au départ », se rappelle Yohan de Wit, un des trois agriculteurs en question. L’exploitation a vu le jour avec une demi-douzaine de graines achetées sur le web et plantées au fond du jardin. La première récolte consistait alors en une centaine de kilogrammes de fibre de coton… plus tard convertis en 100 polos 100% coton et surtout 100% made in France.

Les conditions météorologiques particulières qu’exige le cotonnier seraient-elles réunies dans Le Gers ? Plus ou moins. En Eté, la minimale moyenne est comprise entre 13 et 14°C, soit un à deux degrés de moins que le minimum exigé par le cotonnier. La maximale moyenne tourne autour de 25°C. Les averses sont rares et l’hygrométrie est moyenne. Dans le Gers, la culture du coton est possible, mais elle ne sera pas optimale.

La FAQ de la culture du coton

Quelle est la fréquence de plantation du coton ?

Le coton est planté annuellement comme les poivrons et les tomates. Les graines sont semées au printemps et la récolte a lieu au début de l’automne.

Motobineuse ou motoculteur ?

Après la récolte des fibres et des graines en septembre – octobre, il s’agira de procéder au labour et à la destruction des pour plants pour semer à nouveau le printemps suivant. Dans la mesure où la culture du coton ne peut être optimale en France en raison du climat, nous imaginons difficilement un agriculteur tirer profit d’une culture de coton sur une petite parcelle. A l’inverse, au vu des risques de perte à cause des averses ou de la canicule, il est risqué de miser sur le coton sur une grande superficie. Quoi qu’il en soit, la motobineuse ne fera pas l’affaire. Optez plutôt pour un motoculteur. En effet, la motobineuse ne permet pas de réaliser un ameublement profond du sol, contrairement au motoculteur. Toutefois, si vous comptez cultiver le coton « pour changer », sans objectif quantitatif, sur une petite parcelle, vous pouvez très bien utiliser une motobineuse, à fortiori si votre sol est de bonne qualité. Lisez cet article pour savoir comment choisir une motobineuse.

Combien de temps pour faire pousser du coton ?

On estime qu’un cotonnier en bonne santé produira des fibres de coton en 6 mois.